Accueil> QU’ATTENDEZ-VOUS D’UN DENTIFRICE ?

QU’ATTENDEZ-VOUS D’UN DENTIFRICE ?

 QU’ATTENDEZ-VOUS D’UN DENTIFRICE ?

 

Votre scepticisme sur le sujet est réel.

Supposons un instant que vous ne soyez pas dans la catégorie des crédules, qui avalent tout.
Lors de pub à la télé par exemple, quand on vous montre des microscopes du futur, des cellules géantes et colorées, des hommes en blanc semblables aux films de science fiction, qui vous affirment avoir fait la découverte du siècle et de façon doctorale, expliquent que vos dents et vos gencives constituent un tout.
Ils enfoncent une porte ouverte depuis des lustres.

Lorsqu’ils vous expliquent que certains dentifrices, comme les lessives font plus blanc que blanc, il y a longtemps que vous n’y croyez plus.

Quand ils vous disent, que si l’émail de vos dents est poreux, – images de synthèse à l’appui -, leur dentifrice rebouche les « trous »,vous avez le sentiment qu’on vous prend pour des gogos.

Heureusement, ce n’est pas votre cas.

Car ces mêmes produits, oh pardon ! « dispositifs médicaux », sont formulés à base de substances largement dénoncées ; et vous n’en voulez plus.

Citons en quelques unes : fluor et composés perfluorés, triclosan, paraben, formaldéhyde (DMDM), vaseline, silicone, téflon, paraffine, substances abrasives, colorant parfum de synthèse. … .

Mais, qu’attendez-vous d’un dentifrice ?

• D’abord, par la simple action mécanique du brossage vous retirez les déchets intra dentaires essentiellement dus à l’alimentation.

• Ensuite et surtout, répondant ainsi aux recommandations justifiées de santé publique, de 3 brossages par jour, vous évitez l’accumulation de plaques dentaires de multiples origines, serte alimentaire, mais aussi salivaire et bactéricide, et leurs calcifications en tartre. Elle est responsable des caries, de gingivites, voire de parodontites aigues aux ravages esthétiques parfois irréparables.

• Enfin, la fameuse et obsessionnelle « mauvaise haleine» associée à une hygiène douteuse.

• Quand aux « Dents blanches », chacun de nous a sa propre coloration d’émail et seuls des traitements en cabinets dentaires peuvent atténuer la coloration naturelle. On sort là du domaine cosmétique.

Mais le dentifrice dans tout ça ?

Notre civilisation n’a pas inventé le dentifrice.

L’étymologie même du nom « dentifrictium” est romaine, et se traduit littéralement par « dent frottée ».

Au fil des siècles, nos ancêtres se sont « frottés » les dents avec mille et une substances. Plus ou moins judicieuses d’ailleurs.

De la plus simple, l’eau éventuellement additionnée de sel marin, à la plus chamanique, comme la cendre de têtes de rongeur ??

Mais, notons au passage, que l’exercice eut toujours pour logique, l’utilisation d’ingrédients naturels.

Pourquoi donc de nos jours des formules chimiques complexes pour une fonction relativement simple ?

Le terme de formules toxiques serait plus judicieux, puisque en quelques années certains des ingrédients utilisés sont passés de la classification « substances susceptibles d’être cancérigènes » à « substances cancérigènes avérées ».

Sachant que l’action mécanique du brossage assure le minimum en retirant journellement les constituants de la plaque dentaire, nous pouvons réfléchir à une notion plus globale qu’est l’Equilibre de la sphère buccale, milieu très complexe à très haute activité bactérienne.

Les dents, les gencives, les joues et le palais, constitue avec la salive un écosystème naturel indissociable, qu’il est nécessaire de maintenir en équilibre.

Son agression par des substances chimiques et toxiques, est un grave non sens.

Citons le biologiste René Jacquelain-Espeut :

« Aucune substance ne peut interagir sur une cellule vivante, qui n’est déjà appartenue à une autre cellule vivante. Tout autre considération est illusoire et potentiellement dangereuse.» (1)

C’est ainsi, qu’appliquant le précepte de notre fondateur, nous nous devions de créer un dentifrice 100% naturel (99,26% exactement), répondant à la fois aux exigences fonctionnelles et pratiques, ainsi qu’à l’hygiène de la bouche dans sa globalité et le maintien en équilibre de la flore de l’épiderme buccal.

Nos exigences de formulation:       image-ronde-png

• Actifs et d’ingrédients d’origine naturelle :
         - Minérale avec l’argile rose micronisée et purifiée.
         - Végétale avec des Extraits végétaux et des huiles essentielles issus de l’agriculture biologique.
• Fonction hygiénique : Synergie d’huiles essentielles bio et extrait de Pépins de Pamplemousse.
• Fonction minéralisation de la muqueuse par apport d’oligo-éléments : Sel de l’Himalaya et Argile rose.
• Fonction de renforcement du maillage tissulaire : Extrait de Thé vert bio fortement astringent et antioxydant.
• Tensioactifs doux: Polysaccharides d’origine végétale.
• Consistance : gel doux moins abrasif que les pâtes.
• Conservateurs : Huiles essentielles associés au Potassium sorbate et Sodium benzoate, tous deux autorisés en cosmétique bio.• Contenant : Tube Airless assurant la meilleure protection pour le produit.

Marque : CRISTO’DENT - 2 formules : Menthe et Myrte
Tests : Testées en innocuité sur l’épiderme buccal sous contrôle dermatologique
Fabricant : Laboratoire Phyto’Aromatica France 13200 Arles
Site web : https://www.phytoaromatica.com

                                                         Lien vers la page du site  ☛  HYGIENE BUCCO DENTAIRE

 _______________

  

(1) René Jacquelain-Espeut, thèse sur les « Hormones florales » 1956.