Accueil> Articles> Les effets du soleil sur la peau

Les effets du soleil sur la peau

Quelques notions indispensables :

Le soleil est une étoile. Il émet de l’énergie lumineuse. Cette énergie est composée de différentes ondes électromagnétiques (appelées rayons dans le langage courant). Celles qui atteignent le sol de notre planète sont composées à peu près pour moitié de ce que l’on appelle la lumière visible, allant du violet au rouge (le jaune est le plus fortement émis) ; l’autre moitié constitue le rayonnement infrarouge (responsable de la sensation de chaleur). Seulement 1% de cette énergie est constituée par les rayons ultraviolets (UV). Ces UV solaires sont composés d’UV-C, d’UV-B et d’UV-A. La couche d’ozone stratosphérique (située majoritairement entre 15 et 30 Km dans l’atmosphère) arrête les UV-C et une grande partie des UV-B, mais laisse passer une grande partie des UV-A de sorte qu’au niveau de la mer le rayonnement UV comprend 95% d’UV-A pour 5% d’UV-B (cette proportion varie en fonction de l’heure, de la latitude et de l’altitude).

La peau est l’organe du corps humain le plus au contact du milieu extérieur. Elle est constituée de trois tissus : épiderme, derme et hypoderme. L’épiderme, le tissu le plus extérieur de la peau, assure la protection de l’organisme contre différents types d’agressions dont celles qui sont liées au soleil.

L’ADN (abréviation pour acide désoxyribonucléique) est une très grosse molécule contenant le matériel génétique permettant aux êtres vivants (virus exceptés) de se reproduire. Cet ADN se trouve en grande partie dans les chromosomes que possède chaque cellule.

Les effets néfastes des UV...

L’effet néfaste des UV sur l’épiderme est connu de longue date, en particulier celui des UV-C qui endommage gravement l’ADN, de sorte que la vie à la surface des continents n’a été rendue possible que par l’apparition, il y a 1 milliard d’années, de la couche d’ozone stratosphérique. La nocivité des UV-B a aussi été bien étudiée : ils provoquent la détérioration de l’ADN des cellules épidermiques et sont principalement responsables des coups de soleil. Il y a une trentaine d’années, les scientifiques ont montré que les UV-A pouvaient créer dans les cellules de la peau des radicaux libres (molécules très réactives provoquant des dégradations cellulaires) qui endommagent l’ADN et favorisent le vieillissement cutané : ce phénomène est appelé stress oxydant.

Des études plus récentes ont prouvé que les UV-A pouvaient comme les UV-B dégrader directement l’ADN. Toutes ces dégradations peuvent soit provoquer la mort des cellules, soit être réparées par des mécanismes cellulaires, soit se maintenir en modifiant l’information génétique contenue dans l’ADN (mutations). Les UV-B comme les UV-A peuvent donc être responsables de l’apparition de mutations génétiques et favoriser la formation de cancers. Les cancers de la peau sont les plus fréquents en France : ils représentent  environ un tiers des cas (deux fois plus que les cancers du sein). Depuis une trentaine d’années, leur nombre est en constante augmentation dans les pays industrialisés, en relation avec la mode du teint hâlé et la pratique des bains de soleil. Les cancers de la peau les plus fréquents sont facilement enlevés par chirurgie car ils ne produisent pas de métastases (cellules cancéreuses mobiles se propageant dans l’organisme). En revanche, 20% d’entre-eux comme le mélanome, qui atteint les cellules fabriquant la mélanine responsable du hâle, produisent très rapidement des métastases : il n’existe aujourd’hui aucun traitement efficace contre ces cancers qui présentent un fort taux de mortalité.

... Et les effets bénéfiques 

Les ultraviolets peuvent cependant être bénéfiques pour la santé : les UV-B permettent à la peau de fabriquer de la vitamine D. Cette vitamine joue un rôle essentiel dans l’absorption du calcium et du phosphore ; elle participe également à la prévention des cancers. La lumière solaire a également une action bénéfique sur le bien être mental. Le déficit d’exposition peut provoquer des dépressions saisonnières (automne-hiver dans l’hémisphère nord).

Pour se protéger des méfaits du soleil tout en bénéficiant de son action, il convient de ne pas s’exposer de façon prolongée, en évitant les heures de plus forte insolation (12h-14h) ; d’appliquer des crèmes protectrices d’indice de filtration élevé contre les UV-A et B, à renouveler toutes les deux heures ; de porter des lunettes, un chapeau et éventuellement un T-shirt.

Les soins après le soleil 

Non moins indispensable sont les soins à appliquer après une exposition au soleil. De retour à l’abri de l’astre solaire il faut se soucier de calmer et de réhydrater la peau. Les Huiles végétales nobles comme l’Argan ou l’Amande douce sont salutaires. La lotion KYMYL est souvent citée par le internaute pour apaiser le feu et les rougeurs dus au soleil. Toutefois, si le coup de soleil est trop violant et s’il s’accompagne de symptômes laissant penser à une insolation, il est indispensable et urgent de consulter un médecin.